Mise en accessibilité et BIM, comment exploiter la maquette ?

L’accessibilité des ERP, une obligation légale au cœur de multiples enjeux

Quelques notions réglementaires

La mise en accessibilité des ERP (Établissements Recevant du Public) relève tout d’abord d’un aspect réglementaire. En effet, depuis février 2005 la loi relative à l’égalité des chances et des droits des personnes en situation de handicap, reprenant la loi de 1975 d’orientation en faveur des personnes handicapées, prévoit que les bâtiments recevant du public doivent permettre une ouverture et une accessibilité pleine et entière à tous.

De manière plus concrète, cela se traduit par l’installation de structures comme :

  • des rampes d’accès là où il y a des marches ;
  • des ascenseurs pour atteindre les étages ;des bandes d’éveil là où se trouvent des points de vigilance (approche d’un escalier, d’une bordure de quai) ;
  • des boucles magnétiques permettant de rendre intelligibles des messages sonores pour des déficients auditifs.

Les architectes et exploitants des bâtiments sont directement concernés par ces normes dans le cadre de constructions neuves. Il en est de même lorsqu’il s’agit de l’ancien : d’ici 2022, en France, la totalité des établissements recevant du public appartenant à l’État devront avoir atteint le 100% accessible, et l’ensemble des bâtiments concernés devront avoir établi un Ad’AP (Agenda d’accessibilité programmée).

À qui profite la mise en accessibilité des bâtiments ?

La mise en accessibilité des bâtiments concerne tout d’abord les personnes à mobilité réduite (PMR), englobant ainsi l’ensemble des personnes ayant des difficultés à se déplacer dans un environnement qui leur est inadapté. On retrouve parmi celles-ci :

  • Les handicapés moteur, qui représentent 3,5 millions de personnes en France dont 650 000 sont en fauteuil ;
  • les déficients visuels, on compte en France 207 000 aveugles et 932 000 malvoyants moyens ;
  • les déficients auditifs, 7 millions de personnes expriment avoir une déficience auditive, dont 182 000 une surdité complète ;
  • les handicapés psychiques, cognitifs ou mentaux, pour lesquels l’appréhension des lieux peut également s’avérer complexe.

Ces personnes sont directement concernées par la mise en accessibilité des ERP, cependant ce ne sont pas les seules. D’autres situations comme la grossesse, le transport d’un enfant dans une poussette, le port d’une valise ou une blessure peuvent amener une personne à perdre en autonomie, partiellement ou momentanément et ainsi à avoir recours à des aménagements de mise en accessibilité.

Les enjeux liés à la mise en accessibilité des ERP

Au delà de faciliter le déplacement des personnes à mobilité réduite, la mise en accessibilité des Établissements Recevant du Public répond à divers enjeux de taille.

Tout d’abord, la mise en accessibilité des bâtiments administratifs (Mairies, Centres des Finances Publiques, bureaux des Caisses d’Allocations Familiales, etc.) répond à un enjeu et un devoir de mission d’utilité publique. La non-accessibilité de ces établissements relève d’une faute morale vis-à-vis d’une partie de la population, l’instance publique ne remplissant plus sa mission.

Ensuite, la mise en accessibilité des ERP étant également un levier de désenclavement des populations en situation de handicap, répond ainsi à un enjeu social. Le manque d’accessibilité des lieux publics éloigne les personnes en situation de handicap d’un contact social important en limitant leur accès à certaines structures et loisirs (cinémas, théâtres, musées, etc.).

Finalement, pour l’exploitant, lorsque celui-ci limite l’accès à son bâtiment à une partie grandissante de la population, il se prive d’un potentiel de clientèle. Élargir sa cible en mettant en accessibilité son bâtiment relève ainsi d’un enjeu commercial qui n’est pas négligeable.

La maquette BIM, support pour la mise en accessibilité de son ERP

Auditer l’accessibilité d’un ERP dans sa maquette BIM

Afin d’établir un bilan sur l’accessibilité d’un bâtiment et orienter un projet de mise en accessibilité, il est essentiel d’initier un audit mettant en confrontation l’état actuel du bâtiment et de ses équipements avec les normes qui le régissent. Un ensemble de relevés sont à effectuer indépendamment des perspectives et élévations fournies sur plan. Cette étape peut prendre plusieurs jours en fonction de la taille du bâtiment mais reste nécessaire afin d’analyser l’environnement de celui-ci et définir un ensemble de préconisations de mise en accessibilité.

La maquette BIM du bâtiment peut alors être le support collaboratif idéal dans lequel effectuer directement cet audit. En effet, il est possible de vérifier la conformité du bâtiment en lui même (largeur des couloirs, rampes d’accès ou ascenseurs, accessibilité des issus de secours, etc.) ainsi que des éléments qui le composent (localisation du mobilier, hauteur des tables, accessibilité des sanitaires, etc.). On relève également aujourd’hui l’apparition d’outils comme Check Solutions de BTP Consultants, automatisant ces relevés réglementaires directement dans la maquette.

Des données telles que des annotations, des mesures et divers points d’intérêt comportant des informations techniques du bâtiment peuvent également être localisés dans sa réplique digitale, pour ainsi faciliter les échanges entre les parties prenantes du projet (exploitant, auditeurs, constructeurs, etc.).

Ainsi, la maquette numérique fait alors office de support enrichi et documenté dans lequel les auditeurs peuvent consulter l’ensemble des zones et éléments pouvant faire l’objet d’une mise en accessibilité. Une étude terrain restera nécessaire, pour autant elle sera amplement raccourcie par ce « pré-audit » dans la maquette BIM du bâtiment.

Finalement, cette comparaison doit déboucher sur une liste d’éléments ayant été identifiés comme non-conformes. Si aucune alternative n’est actuellement proposée pour faire face à ces points bloquants, des aménagements seront alors à prévoir.

Simuler l’accessibilité du bâtiment dans sa maquette numérique

Simuler et définir des flux de circulation

Préalablement aux aménagements de mise en accessibilité du bâtiment, la maquette numérique du bâtiment peut servir de référentiel spatial pour effectuer des simulations de flux de circulation. Il est essentiel d’effectuer ces simulations en amont d’un projet de rénovation ou de construction, notamment pour définir un plan de circulation de l’établissement dans lequel intégrer le parcours des personnes à mobilité réduite.

Ces simulations de flux peuvent être effectuées dans des logiciels tels que AnyLogic ou Pathfinder, dans lesquels on exploite la maquette numérique de son bâtiment. La modélisation et l’analyse des flux de circulation seront alors effectuées directement dans la maquette numérique. Les flux seront représentés par des agents virtuels dont les mouvements seront opérés en fonction d’attributs tels que l’origine, la destination où la vitesse de déplacement.

Ces simulations de flux doivent être effectuées afin d’évaluer deux axes principaux :

  • la sécurité incendie d’un bâtiment, en évaluant le temps et les contraintes d’accès aux sorties incendie ;
  • les flux de piétons dans des situations courantes, afin de limiter les bousculades, bouchons et autres problèmes de mobilité.

Ces deux axes d’analyses sont critiques et doivent être pris en compte pour définir des flux de circulation dans la bâtiment pour l’ensemble des visiteurs, quelque soit leur mobilité. Une fois les différents flux de circulation définis, les dispositifs de mise en accessibilité pourront l’être à leur tour.

Simuler l’aménagement de son bâtiment

Étant un référentiel géométrique fiable du bâtiment, la maquette numérique est un support dans lequel il est possible de projeter et valider des aménagements.

En effet, la possibilité de prendre des mesures permettra tout d’abord à l’exploitant de définir plus rapidement quels aménagements (fournitures, rampes d’accès, ascenseurs, etc.) sont possibles. Il pourra notamment faire des tests sur les rayon de giration et vérifier les largeurs des passages de portes pour l’accès des personnes en fauteuil.

Une fois les aménagements définis, ils pourront être matérialisés dans la maquette numérique par l’ajustement des objets géométriques 3D présents dans celle-ci. Les éléments du bâtiment amenés à disparaître seront retirés de la maquette (idéalement archivés dans un calque) afin de laisser place aux futurs aménagements.

Exploiter sa maquette numérique en phase de travaux

Une fois cette étape de simulation terminée, l’exploitant disposera d’un référentiel géométrique exploitable en phase de travaux. Celui-ci le sera d’autant plus s’il comporte un niveau de détail suffisant (voir notre article sur le niveau de détail d’une maquette BIM). La maquette numérique pourra alors être mise à disposition des différentes parties prenantes du projet de construction (architectes, constructeurs, fournisseurs, etc.). qui pourront optimiser leur collaboration en se basant sur un référentiel commun.

La visite virtuelle d’un bâtiment mixant 3D et photos panoramiques, une alternative à la maquette BIM

Chez My Digital Buildings, en plus de proposer la réalisation d’une maquette numérique BIM clé en main, nous proposons également de créer un jumeau numérique façon Google Street View permettant d’accéder simplement aux données spatiales du bâtiment depuis son navigateur sans avoir besoin d’expertise BIM ou de logiciel spécifique.

Le principe est simple, suite à la digitalisation d’un bâtiment, nous mettons à disposition via un accès sécurisé sur notre plateforme Reflect un accès à son bâtiment virtuel. Nous superposons les centaines de photos 360° à l’endroit où elles ont été prises dans le nuage de points et sur le plan 2D. L’utilisateur peut se déplacer de manière synchronisée dans l’image 360° façon Google Street View mais également dans le nuage de points et le plan 2D. En effet, il ne s’agit pas uniquement d’une visite virtuelle photo-réaliste car le nuage de points est bien présent en dessous. Il est alors possible de prendre des mesures très précises mais surtout de positionner des points d’intérêts auxquels il sera possible d’attacher du contenu multimédia statique (images, textes, pdf, etc) ou dynamique (vidéos live, données temps réel de capteurs, etc.), comme le montre les images ci-dessous.

Point d'intérêt et bande d'éveil à la vigilance

Prise de cotes et accessibilité des bâtiments

Cette approche simplifiée nous permet de faire démarrer des entreprises n’ayant pas une maturité suffisante pour le BIM vers un outil inclusif permettant de collaborer et de partager de l’information autour d’un bâtiment. Le fait d’avoir le nuage de points et de l’information rattachée à celui-ci offre la possibilité de pouvoir basculer, dans un second temps, vers la maquette numérique du bâtiment sur la base de ce nuage de points en récupérant toutes les informations ajoutées.

Le jumeau numérique du bâtiment, vecteur d’accélération de la mise en accessibilité des ERP ?

La mise en accessibilité d’un bâtiment représente un coût important, parfois identifié comme un surcoût par certains établissements dont les exploitants considèrent les retombés économiques trop minimes. Il est alors essentiel de maîtriser ces coûts tout au long du projet et de définir des outils permettant de surpasser cet obstacle budgétaire.

C’est notamment sur cet aspect financier que la création et l’exploitation des jumeaux numériques, sous la forme d’une maquette numérique ou d’un environnement 3D et image prend tout son sens. En intégrant ces deux supports dans les phases d’audit, de simulation et d’aménagement, on accélère considérablement le projet de mise en accessibilité et l’on en réduit ses coûts.

Par ailleurs, on peut également souligner que les coûts de création du jumeau numérique peuvent être mutualisés avec d’autres projets. En effet, ce support pourra être exploité pour d’autres travaux ou pour des adresser des usages très variés (télétravail et visite virtuelle à distance, valorisation du bâtiment, facility management, réalité augmentée, guidage indoor, etc.).

En permettant de surpasser certaines contraintes financières, l’usage du jumeau numérique doit accélérer la mise en accessibilité des ERP en France, dont les enjeux sociaux associés ne sont pas négligeables.

Pour aller plus loin

Ministère de la transition écologique et solidaire - Bien accueillir les personnes handicapées

Qu’est-ce qu’une PMR (Personne À Mobilité Réduite) ?

Flux de personnes - comment organiser les circulations ?

Qu’est-ce qu’un agenda d’accessibilité programmée ?

Article précédentComment définir le niveau de détail (LOD) de sa maquette numérique ?
Article suivantComment adopter le BIM pour la GEM (Gestion Exploitation Maintenance) de son patrimoine ? [Partie 1]